lundi 7 décembre 2015

La CADA donne raison à l'association "Vent du Sud Morvan"

Nous avions raison !

Suite au refus du préfet de communiquer les pièces du dossier de permis de construire, alors que les communes limitrophes en avaient reçu une copie, j’ai interrogé la CADA, (commission d’accès aux documents administratifs) qui à émis un avis favorable à ma demande.
Voici le courrier réponse.
                                   


                                          COMMISSION D’ ACCÈS
                                 AUX DOCUMENTS ADMINISTRATIFS
                                                              Cada

Le Président
Avis n° 20155115 du 19 novembre 2015
Monsieur Olivier DUBAR a saisi la commission d'accès aux documents administratifs, par courrier enregistré à son secrétariat le 26 octobre 2015, à la suite du refus opposé par le préfet de Saône-et-Loire à sa demande de communication d'une copie du dossier de demande de permis de construire déposé par la société WindStorm pour l'exploitation d'un parc éolien sur le territoire de la commune de Montmort.
La commission rappelle que les informations relatives à un projet tel que l'installation d'un parc d'éoliennes et, notamment, les décisions conditionnant sa réalisation, constituent des informations relatives à l'environnement, au sens de l'article L124-2 du code de  l'environnement, eu égard aux incidences que de telles installations sont susceptibles de comporter pour des éléments tels que les paysages et les sites naturels, mentionnés au 1° du même article, ou, le cas échéant, au voisinage de ces installations, pour les conditions de vie des personnes, mentionnées au 3° de cet article. L’enquête publique prescrite par l’article
L553-2 du même code a d’ailleurs pour objet, comme le précise l’article L123-1 de celui-ci, de prendre en compte de tels effets sur l’environnement.

La commission considère, dès lors, que lorsqu'une demande porte sur des informations relatives à un tel projet, il convient de se référer aux dispositions du code de l'environnement si elles sont plus favorables que celles de la loi du 17 juillet 1978, même si elles ne sont pas invoquées par le demandeur.
Or, la commission estime que si, en vertu de l'article 2 de la loi du 17 juillet 1978, sont en principe exclus provisoirement du droit à communication les documents préparatoires à une décision administrative, jusqu'au jour où cette décision intervient, et que si le II de l'article L124-4 du code de l'environnement permet de rejeter une demande portant sur des documents en cours d'élaboration, aucune disposition de ce chapitre ne prévoit, en revanche, la possibilité de refuser l'accès aux documents qui s'inscrivent dans un processus préparatoire à l'adoption d'un acte qui n'est pas encore intervenu, dès lors que ces documents sont eux-mêmes achevés (cf. avis du 24 novembre 2005, n° 20054612 et du 16 mars 2006, n° 20060930).

La commission considère ainsi que les documents achevés que détient l’administration et qui sont relatifs à un projet de création d'un parc éolien, sont communicables, à tout moment, à toute personne qui en fait la demande, sous la seule réserve des motifs légaux de refus de communication énumérés à l'article L124-4 du code de l'environnement. Ce droit de communication ne se limite pas au dossier de demande présenté par l’exploitant au titre du régime des installations classées pour la protection de l’environnement auquel sont désormais soumises les éoliennes terrestres depuis l’entrée en vigueur du décret n° 2011-984 du 23
août 2011, mais s'applique également au dossier de demande de permis de construire déposé pour la réalisation du projet en cause.

La commission estime donc que le document sollicité est communicable à toute personne qui en fait la demande sur le fondement de l’article L124-1 du code de l’environnement, alors même que l'instruction de la demande, ainsi que l'indique le préfet de Saône-et-Loire en réponse à la demande qui lui a été adressée,
n'est pas close. Elle émet donc un avis favorable.



Pour le Président
et par délégation
Nicolas POLGE
Rapporteur général
Maître des requêtes au Conseil d'Etat
3 5 , r u e Sa i n t -Domi n i q u e 7 5 7 0 0 PARI S 0 7 SP  0 1 4 2 7 5 7 9 9 9 • T é l é c o p i e : 0 1 4 2 7 5 8 0 7 0 • www. c a d a . f r • c a d a@c a d a . f r

Aucun commentaire:

Publier un commentaire